La «Gourde», courge médiévale

Corvée du 13 aout 2015dessin gourdeLa citrouille et le potiron n’ont rien de médiéval ! Ces étranges légumes-fruits colorés n’apparaîtront qu’après les voyages en Amérique de Christophe Colomb.

La seule courge que l’on trouvait dans les jardins européens et sur les tables du Moyen Âge est la lagenaria vulgaris, appelée gourde ou cougourde. Il s’agit d’une courge dont on mangeait la chair et dont l’écorce séchée servait à fabriquer des gourdes à boire: la fameuse «gourde du pèlerin».

Cette courge est très importante dans l’alimentation médiévale. Elle a en effet l’avantage de pouvoir être cuisinée de manière très variée, sucrée ou salée, ce qui lui conférait un avantage non négligeable, notamment dans les abbayes où l’alimentation était réglementée suivant des principes stricts en fonction de l’année liturgique.

Ainsi, la courge pouvait être servie en soupe, purée, tourte, tarte sucrée, gâteau. De quoi égayer un peu l’assiette des moines où alternaient immuablement pois cassés, pois-chiches et lentilles…

Charrette de fruits et légumes